Airbnb et Amsterdam durcissent leurs règles

amsterdam-canaldutch

Rendre aux Amstellodamois les logements auxquels ils n’ont plus accès. C’est l’ambition de la municipalité qui vient de signer un accord historique avec Airbnb. Le site collaboratif accepte pour la première fois de faire respecter une limite légale que tous deux avaient fixée : 60 nuits par an et pas plus de quatre touristes par appartement loué. Une mesure mise en place l’année dernière qui n’a pas empêché l’explosion des loyers ni l’accroissement de la pénurie de logements dans la capitale néerlandaise depuis le succès du site de location en ligne.

Appel à la délation
 
Les régulations ne sont efficaces que si elles font l’objet de contrôle. La plateforme de location s’est donc engagée à aider la ville à lutter contre les locations illégales, ce qu’elle avait jusqu’à présent refusé de faire. Pour cela, Airbnb, qui a toujours joué la carte de la discrétion opaque, a promis de fournir des informations sur les propriétaires et surtout de bloquer leur l’accès dès qu’ils atteignent leur seuil des 60 jours. Et pour ceux qui persisteraient à louer leur bien sans le déclarer, la municipalité a pensé à tout. Pas besoin de détectives ou d’enquêteurs, elle compte sur la collaboration des voisins excédés par les allées et venues d’occupants bruyants. Une hotline sera installée pour permettre à des équipes spéciales d’intervention d’être prêtes à sauter sur le terrain.

Amsterdam et les professionnels de l’hôtellerie viennent de franchir une étape qui donnera sans doute des idées aux autres capitales. Beaucoup plus rentables pour les loueurs et inaccessibles aux habitants, ces locations ont sans doute du plomb dans l’aile.

Et surtout n'hésitez pas à lire nos brèves !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *